20/07/2019

BUGATTI CHIRON SPORT: D'UNE AUTRE GALAXIE !

 

Lorsque j’ai appris que j’allais conduire une Bugatti en compagnie d’Andy Wallace, dans ma tête c’était comme remporter le jackpot au casino, quelque chose d’impossible en somme.

 

Il est 23h, nous sommes fatigués mais l’envie d’arriver jusqu’à la barrière de "l'usine" est trop grande. Un léger coup d’oeil à gauche et l’on distingue l’Atelier Bugatti à Molsheim. Il est désormais grand temps d’aller se reposer.

 

Au petit matin, la route n’est pas bien longue et nous voilà devant cette barrière. Je présente les documents et nous passons de l’autre côté. Nous sommes accueillis par deux personnes qui nous expliquent le déroulement de la journée et nous demandent si nous avons des requêtes spécifiques. 

 

Nous parcourons le domaine puis arrive le moment ou je signe des papiers dans l’orangerie. Au loin, je distingue une silhouette qui s’avance rapidement et demande à Stefano s’il a vu qui est en train d’arriver ? L’expression sur son visage me confirme qu’il sait parfaitement de qui il s’agit.

 

Nous patientons quelque peu et lorsqu’il rentre sous la verrière, l’accueil est tout simplement exceptionnel.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas le personnage, je recommande de faire une recherche. Andy est quelqu’un d’humble, d’une gentillesse incroyable et surtout qui maîtrise son sujet comme personne.

 

 

Nous discutons une petite demi-heure puis il prend place à bord de la Bugatti Chiron Sport pour la sortir de son emplacement. A peine à l’extérieur, moteur tournant, je suis invité à prendre place en passager. Nous passons devant mon véhicule dont a pris possession l'équipe d’AbsoluteSpeedMag qui a reçu des coordonnées GPS comme point de rendez-vous afin de démarrer le travelling.

 

 

 

Quelques mètres plus loin, la barrière du domaine se lève et nous voilà sur la route. 

 

En premier lieu, ce qui distingue cette version Sport par rapport à la Chiron classique c’est l’allègement de son poids de 18 kilos grâce notamment à des roues plus légères, une barre antiroulis et des essuis-glace en carbone. Au niveau design, il y a désormais quatre sorties d’échappement bien visibles.

 

 

A son bord, les matériaux nobles tels que l’alcantara, le cuir ou encore le carbone subliment cette sensation de luxe. Le bouton de démarrage tout comme le sélecteur de mode sont revêtus d’aluminium anodisé noir.

 

 

 

A propos de ce sélecteur, il y a le mode Ettore Bugatti, autoroute, circuit et une fonction Lift qui surélève le véhicule afin de s’affranchir d’éventuels obstacles (cela se voit au début de la vidéo lorsque l’on entend légèrement le moteur).

 

 

Après le briefing dispensé par Andy et quelques accélérations à en perdre toute notion de vitesse, je prends la place du conducteur sous « l’arbre Bugatti ».

J’appuie sur « Engine «  et le W16 de 8 litres de cylindrée et 4 turbos démarre. Les premiers tours de roues sont d’une déconcertante facilité. Les commandes, peu nombreuses tombent naturellement sous la main et le confort du siège mérite 6 étoiles sur 5 (si, si, c’est possible).

 

 

Quelques kilomètres plus tard, une ligne droite se présente, j’écrase la pédale.

Si vous vous demandez quelle sensation cela procure c’est bien simple. Ce n’est pas un véhicule d’une autre dimension non, c’est d’une toute autre galaxie lointaine, très lointaine.

 

 

Savoir que ça pousse fort, je le savais mais de là à m’imaginer prendre 3G à l’accélération, je n’étais pas prêt. Le grip est phénoménal et l’on se sent en sécurité, la Chiron Sport dispose d’un châssis qui ne bouge pas, vire à plat lorsque des courbes se présentent et que dire du freinage….. freins céramiques et aileron mobile, c’est d’une efficacité époustouflante. 

 

Le 0 - 400 - 0 est abattu en 42 petites secondes par Juan Pablo Montoya, ancien pilote de formule 1.

 

 

Si les chiffres donnent rapidement le tournis, le plus étonnant, finalement je dirais, est qu’on peut la conduire très tranquillement grâce à une boite à double embrayage d’une onctuosité remarquable. A aucun moment le poids ou le gabarit se ressentent, les ingénieurs ont fait un travail tout simplement incroyable.

 

 

 

Luxueuse, confortable et démoniaque lorsque l’on écrase la pédale de droite, j’ai encore bien du mal à réaliser le moment exceptionnel que j’ai vécu à bord de cette Bugatti Chiron Sport avec Andy Wallace à mes côtés.

 

Un immense merci à l’équipe presse Bugatti ainsi qu’à Xavier et Stefano d’AbsoluteSpeedMag pour les photos et l’aide en vidéo.

 

PS: difficile de viser plus haut pour le prochain essai…..