Modèle essayé: 43.800€
Modèle essayé: 43.800€

La 508 m'attend, feux LED allumés tels deux griffes. Une fois les explications de rigueur tant les commandes sont nombreuses, les premiers mètres se font dans un silence quasi total, le moteur électrique remplissant parfaitement son rôle car oui, la 508 RXH est une hybride diesel du constructeur sochalien. Un moteur diesel 2.0 de 163ch auquel vient se greffer un second de 37ch pour arriver à une puissance totale de 200ch. Du fait de la présence d'un second moteur, les rejets en CO2 sont contenus à 107g/km.

Sur le papier, les promesses sont nombreuses, mais la bête accuse un certain poids sur la balance (près de 1800kg), inutile donc de rechercher de franches reprises. Néanmoins, en faisant attention, le moteur électrique remplit parfaitement son rôle et la consommation s'en ressent (moyenne annoncée de 4,1L/100km).

Le sélecteur badgé "Hybrid 4" permet de choisir quatre modes de conduite, dont ZEV pour rouler en tout électrique sur quelques kilomètres ou, à l'inverse le 4WD pour quatre roues motrices.

A son bord, outre les commandes à foison comme indiqué précedemment, ce qui attire c'est la qualité perçue, notamment au niveau des sièges. Ils sont d'excellentes factures, celui conducteur étant même massant !

La fonction ne remplacera pas un kiné mais soulagera ceux, trop nombreux qui souffrent du dos.

 

A l'arrière, les passagers bénéficient également d'espace et de système de ventilation individuelle (climatisation quadri-zone). Quant au coffre, en configuration standard, il offre 423 litres.

Affichée 42.000€, la 508 RXH est une baroudeuse qui malgré ces défauts (poids, transmission à revoir) gagne à être connue tant son style et sa conduite sont différents des autres berlines premiums.

Merci à Mr Joffin et Mr Reinartz de Bailly à Longwy pour cet essai.